marrakech 3

Interview Raoul SAVOY: « Trouver un match amical pour novembre »

Nous sommes allés à la rencontre de l’entraîneur des fauves du bas-Oubangui pour avoir une analyse à froid de son premier contact avec l’équipe nationale centrafricaine. Dans une interview dans laquelle il se livre en toute sincérité, Raoul SAVOY nous donne ses premières impressions et nous parle des plans qui devraient être mis en place. Entretiens.

 

Centrafriquefootball.cf:  Bonjour monsieur SAVOY, vous avez dirigé les fauves du bas-Oubangui pour la première fois lors du match Maroc – Centrafrique du 9 octobre, comment s’est passé le stage ?

 
Raoul SAVOY:  Très bien. Nous avons été magnifiquement reçus par la fédération marocaine. Le complexe hôtelier ou nous étions logés nous a vraiment mis à disposition toutes les facilités pour travailler dans des conditions optimales. Les mêmes d’ailleurs dont pourront profiter, en décembre prochain, les équipes participantes à la Coupe du monde des Clubs de la FIFA, puis ensuite pour les nations qui joueront la CAN 2015. Je tiens d’ailleurs à remercier la fédération centrafricaine de nous avoir permis d’effectuer ce stage de six jours.

 

marrakech 1

 

 

 

 

 

 

 

Centrafriquefootball.cf:  Comment a été le contact avec le staff technique local et les joueurs ?

 
Raoul SAVOY:  Le contact s’est fait tout naturellement. J’avais déjà pris attache avec plusieurs joueurs avant le stage et évidemment la collaboration quotidienne avec Mr KONGO, depuis fin août dernier, a beaucoup facilité les choses. Avec les membres du staff, nous avons rapidement et efficacement mis en place les objectifs et les responsabilités de chacun au travers de plusieurs réunions constructives. Il était important pour moi que chacun puisse être à l’aise avec ces fonctions et ces obligations durant toute la durée du stage.

 

De gauche à droite: Wogalomagna (docteur), Kopo (Coach adjoint), Savoy (coach), Bingo (Coach gardien), Manda-Ngombé (Kiné), Dimanche (intendant) et Willy KONGO (Team manager)

De gauche à droite: Wogalomagna (docteur), Kopo (Coach adjoint), Savoy (coach), Bingo (Coach gardien), Manda-Ngombé (Kiné), Dimanche (intendant) et Willy KONGO (Team manager)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Centrafriquefootball.cf:  Quels sont les principaux points positifs et négatifs que vous retenez de ce premier rendez-vous à la tête des Fauves ?

 
Raoul SAVOY:  Pour les points positifs, je vois la qualité du travail effectué durant la semaine et l’engagement total des présents au Maroc. Nous avons aussi démontré une organisation très professionnelle et un comportement digne de fiers représentants de la Centrafrique. Tous les observateurs du football que j’ai pu rencontrer pendant et après le stage l’ont relevé. Le seul point négatif, c’est le résultat du match. Nous aurions dû faire beaucoup mieux.

 

 

 

 

 

 

 

Centrafriquefootball.cf:  Quels enseignements pouvez-vous tirer de la lourde défaite face au Maroc ?

 
Raoul SAVOY:  Plus que de parler du match en lui-même et de la déception du rendement de certains de nos internationaux, je souhaiterai plutôt m’arrêter sur d’autres points. Par exemple sur l’implication de plusieurs de nos joueurs professionnels. Comme vous le savez, j’ai dû composer avec plusieurs absents. Des défections qui n’ont rien à voir avec celle que l’on peut admettre et accepter, comme les blessures. Par contre, les soucis administratifs de passeports ou ceux liés à la peur de ne pas froisser son club employeur, sont des choses que je ne peux pas admettre. Idem pour un binational qui accepte d’abord la sélection, puis la décline comme si nous étions au marché aux légumes. Représenter son pays, même pour une joute amicale, doit être une priorité et respectée en tant que tel.

 

marrakech 5

 

 

 

 

 

Centrafriquefootball.cf:  Quels sont les prochains événements à venir ou souhaités ?

 
Raoul SAVOY:  Malgré que ma position et ma situation contractuelle ne soit pas claire, nous continuons à travailler, avec Mr KONGO et nos partenaires, pour trouver un match amical pour la pause internationale de la mi-novembre. Nous avons quelques contacts et nous souhaitons vraiment que l’un d’eux aboutira. Il est primordial que l’équipe nationale se réunisse encore avant le « trou » des dates FIFA jusqu’en mars 2015. Une des grosses différences que nous avons pu constater avec nous adversaires marocains, c’est la cohésion. Cette habitude de jouer ensemble ne se travaille pas avec le bla-bla ou à travers les réseaux sociaux, mais bien lors de stages et de matches internationaux réguliers.

 
Centrafriquefootball.cf:  Avez-vous déjà arrêté la date de votre premier déplacement à Bangui avec les responsables de la fédération ?

 
Raoul SAVOY:  Pour être franc, je n’ai pas eu de contact officiel avec les hautes instances du football national. Évidemment, je comprends que les soucis politiques prennent le dessus sur ma modeste fonction de sélectionneur et que la crise financière et matérielle soit d’abord une priorité. Cela n’empêche que je suis un entraîneur professionnel et que mon statut m’oblige à avancer et à rester pragmatique. C’est pourquoi, je ne peux pas vous parler plus d’avenir.

 
Centrafriquefootball.cf:  Merci monsieur SAVOY.

 
C’est moi qui vous remercie de m’offrir cette tribune.

 

Propos recueillis par la rédaction de centrafriquefootball.cf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *